Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Sep

Bissau: l'ancien chef de l'armée écroué

Publié par KARIM  - Catégories :  #Guinée-Bissau

L'ex-chef de l'armée de Guinée-Bissau, le contre-amiral José Zamora Induta
L'ex-chef de l'armée de Guinée-Bissau, le contre-amiral José Zamora Induta

L'ex-chef de l'armée de Guinée-Bissau, le contre-amiral José Zamora Induta, assigné à résidence depuis plus d'un mois pour son implication présumée dans le putsch avorté d'octobre 2012, a été transféré dans une prison militaire, a annoncé samedi son avocat.

Selon Me Jose Paulo Semedo, José Zamora Induta a été assigné à résidence cet été, peu de temps après son retour, fin juillet, du Portugal, où il s'était exilé après le coup d'Etat d'octobre 2012. Trois officiers de police surveillaient en permanence son domicile. Mais mardi, il a été transféré à la prison de Mansoa dans le centre du pays sur l'ordre de la Cour suprême des Armées.

"Conformément à la loi, en tant qu'avocat de l'amiral, j'ai le droit d'être mis au courant de toute mesure imposée (à mon client), mais cela n'a pas été le cas", a déclaré Me Semedo.

M. Induta avait été renversé de la tête de l'armée en avril 2010 par son adjoint d'alors, Antonio Indjai, qui l'avait ensuite remplacé à ce poste.

Lors d'un coup d'Etat en avril 2012, M. Indjai avait renversé le président intérimaire Raimundo Pereira et son Premier ministre Carlos Gomes. M. Induta s'était exilé au Portugal quelques mois plus tard, après avoir, selon lui, échappé à une "tentative d'assassinat" de militaires proches des putschistes.

Selon son avocat, M. Induta est venu à Bissau pour recueillir des données pour sa thèse de doctorat et en avait préalablement informé les autorités militaires. Quelques jours après son arrivée, a ajouté son conseil, le contre-amiral avait été entendu par un tribunal militaire au sujet de son rôle présumé dans une tentative de coup d'Etat menée en octobre 2012 et placé en résidence surveillée.

Le 21 octobre 2012, une attaque à l'aube sur les baraquements de l'unité d'élite de l'armée, les Bérets rouges, à Bissau avait fait au moins 7 morts, dont au moins six des assaillants.

Les autorités de transition avaient alors accusé le Portugal d'être à l'initiative de cette attaque dans le but de réinstaller l'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior, renversé lors du coup d'Etat d'avril 2012.

L'élection, en mai 2014, de José Mario Vaz comme président a clos la période de transition ouverte par le putsch de 2012.

La Guinée-Bissau, une ex-colonie portugaise, a été depuis son indépendance en 1974 régulièrement secouée par des tensions politiques et militaires et a connu de nombreux coups d'Etat.


AFP

Commenter cet article