Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Oct

Bourse de Tunis : « Le ralentissement macro-économique pèse sur le marché »

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #TUNISIE

Bourse de Tunis
Bourse de Tunis

L'analyste Kais Kriaa, directeur de la recherche chez AlphaMena, revient pour Jeune Afrique sur l'état et les perspectives du marché boursier en Tunisie.

Au premier semestre 2015, la Bourse de Tunis (Tunindex) a affiché une hausse de près de 13 %. Cette performance a été favorisée par le relèvement, décidé par le régulateur en début d’année, du taux de la participation étrangère (plus de 50 % et moins de 66,6 %) dans la Société de fabrication de boissons de Tunisie (SFBT).

Cette décision a engendré l’arrivée de flux de capitaux étrangers de 300 millions de dinars. Par ailleurs, les mesures de restructuration des trois banques publiques ont également soutenu le marché au mois de juin.

Pour les prochains mois, nous ne sommes pas très optimistes sur l’indice

tunisien.

Evolotion de l'indice Tunidex en points

Evolotion de l'indice Tunidex en points

Au second semestre, les mauvais indicateurs macroéconomiques – avec une demande particulièrement en berne et une croissance molle de 1 % – ont fait chuter les volumes des échanges. Résultat : la progression du Tunindex n’est plus que de 2 % en 2015.

Correction

Depuis le début du mois d’octobre, nous constatons une reprise des volumes de la part des gérants de fonds, à l’approche de la fin d’année. Nous estimons que c’est une simple correction plutôt qu’une véritable reprise des échanges.

Pour les prochains mois, nous ne sommes pas très optimistes sur l’indice tunisien, hormis sur quelques grosses capitalisations : la SFBT est sous-valorisée tout en étant une véritable machine à cash, et les banques privées (Biat, Amen Bank, Attijari) devraient rattraper leur retard. Ces dernières ont en effet assez de marge de manœuvre pour profiter de la future baisse des taux d’intérêt, que nous anticipons début 2016 pour relancer l’investissement privé dans le pays.

En revanche, les autres secteurs de la cote continueront de subir le ralentissement économique. D’ailleurs, en l’absence d’une majorité gouvernementale solide, nous sommes très sceptiques sur le potentiel de croissance à moyen terme de la Tunisie au-delà d’un taux de 3 %.

Kais Kriaa

Jeune Afrique

Commenter cet article