Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Dec

Gouvernance : la Banque mondiale apporte 200 millions de dollars au Maroc

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #MAROC

Jim King Yong, président du Groupe de la Banque mondiale.
Jim King Yong, président du Groupe de la Banque mondiale.

Un prêt de 200 millions de dollars a été signé à Rabat le 02 décembre, deuxième volet d'un programme d'appui à la gouvernance conclu en 2012 entre le Maroc et l'institution internationale.

Le gouvernement marocain et la Banque mondiale ont signé un accord de prêt de 200 millions de dollars, le mercredi 02 décembre, rapporte l’agence officielle MAP. Ce financement sera déboursé par tranches jusqu’en décembre 2016.

Ce « prêt à l’appui des politiques de développement pour la transparence et la responsabilité », explique la Banque mondiale est « le second volet d’un vaste programme conçu pour aider le gouvernement marocain à respecter les objectifs de gouvernance inscrits dans la nouvelle Constitution », adoptée en 2011.

Coopération

Approuvé en 2012, le programme Hakama (« gouvernance » en arabe) est déployé au Maroc par la Banque mondiale en coopération avec l’Union européenne et la Banque africaine de développement, qui ont chacune apporté 250 millions de dollars en appui aux réformes du budget, de la passation des marchés publics et de la gouvernance ouverte.

La contribution de la Banque mondiale est au total de 400 millions de dollars, dont 200 millions ont déjà été déboursés dans le cadre d’un premier prêt signé en octobre 2013.

Le second volet de ce programme, approuvé par la Banque mondiale fin octobre 2015, a été signé par la directrice du département Maghreb et Malte à la Banque mondiale, Marie Françoise Marie-Nelly, et par le ministre marocain de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid.

Engagements

Les engagements de la Banque mondiale au Maroc atteignent 1,06 milliard de dollars cette année, contre 1,175 milliard en 2014 et 615 millions de dollars en 2013.

Benjamin Polle

JEUNE AFRIQUE

Commenter cet article