Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Jun

Cameroun: débats houleux autour du projet de loi sur la réforme du Code pénal

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #CAMEROUN

Yaoundé
Yaoundé

Au Cameroun, les débats ont été houleux mercredi au Parlement sur le projet de loi portant réforme du Code pénal. Si les députés ont examiné point par point l'ensemble des 370 articles que comporte le texte proposé par le gouvernement, quelques dispositions ont été particulièrement disputées. Celles-ci ont une certaine tendance à la moralisation de la vie publique et au renforcement des droits des femmes. Il en est ainsi de l'adultère de l'homme qui est une nouvelle infraction introduite dans ce texte.

C’est une des dispositions phares de cette nouvelle loi pénale, c’est aussi l’une de celle qui fâche le plus : la pénalisation de l’adultère. « Sur la question de l’adultère, moi je suis quand même quelqu’un qui a au moins quatre femmes. Vous croyez que si l'on veut condamner l’adultère, condamner tout ça là… mais c’est embarrassant. Il faut que vous sachiez que nous avons notre culture, on ne devrait pas tout copier de ce qui vient de l’Europe », estime en effet Deffo Oumbe Sangong, député du SDF, le principal parti de l’opposition.

Sur cette question, même les députés de la majorité ont du mal à suivre la logique du gouvernement et les arguments pour s’en justifier sont souvent des plus surprenants, à l’image de ceux de Paul Danata, député RDPC, au pouvoir : « J’insiste sur le fait que nous Africains, nous savons que si tu n’as pas plusieurs femmes, tu seras atteint de la prostate, il faut équilibrer la relation sexuelle. Et si tu ne l’équilibres pas, tu vas tomber malade donc il faut que l’on revoie cet article ».

Sur cet article et toutes les autres questions liées aux mœurs, la tension a été palpable tout au long des débats sous le regard impassible du ministre de la Justice. Le garde des Sceaux a défendu point par point son projet, dont il a par ailleurs souligné qu’il participait à la nécessité de modernisation du Code pénal camerounais.

RFI

Commenter cet article