Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Jun

Pierre De Gaétan Njikam Mouliom, le « M. Afrique de Juppé », en mission pour le candidat

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #DOSSIER

Pierre De Gaétan Njikam Mouliom
Pierre De Gaétan Njikam Mouliom

Pour Alain Juppé, l’Afrique est un enjeu de politique intérieure comme extérieure. Le candidat à la présidence française et ses équipes en sont convaincus, à cinq mois de la primaire de la droite. La ville dont il est le maire presque sans discontinuer depuis 1995 a accueilli jeudi et vendredi le colloque Bonnes nouvelles d’Afrique, en partenariat avec la fondation Prospective et innovation.

Alain Juppé, en déplacement dans le Val d’Oise, n’a pu participer à l’événement comme prévu initialement mais son ami Jean-Pierre Raffarin, président de la fondation, avait fait le déplacement. Et son « M. Afrique », Pierre De Gaétan Njikam Mouliom, adjoint à la mairie, a délivré les messages du maire-candidat aux nombreux africanistes et personnalités africaines présents : Jean Michel Severino, ex-patron de l’Agance française de développement (AFD) aujourd’hui à la tête d’un fonds d’investissement, Jean-Michel Debrat, directeur général de la fondation Africa France, Affoussiata Bamba, ministre ivoirienne de la Communication, Kako Nubukpo, directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation de la francophonie, Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Lionel Zinsou, le banquier franco-béninois arrivé second au dernier scrutin présidentiel au Bénin, Sylvie Brunel, géographe spécialiste de l’Afrique...

« Alain Juppé souhaite consolider les liens entre la France et le continent qui ont une même communauté de destin, confie Pierre De Gaétan Njikam Mouliom. La vision du candidat s’inscrit dans une stratégie entamée il y a déjà quelques années en mettant l’agenda africain au cœur de la réflexion ».

Programme Balafon. Bordeaux a organisé la journée nationale des diasporas africaines en 2015 et les rencontres numériques de l’Afrique en avril dernier. La ville accueille aussi des jeunes entrepreneurs africains dans ses écoles et ses entreprises. « L’approche d’Alain Juppé est différente de celle de Nicolas Sarkozy, plaide Pierre De Gaétan Njikam Mouliom. Il porte une relation nouvelle et tournée vers l’innovation, la formation, la jeunesse, les échanges économiques, la société civile, la mobilisation des collectivités locales autour de projets de partenariat. Nous mobilisons l’écosystème bordelais, notamment ses entreprises, ses universités et grandes écoles ».

La Fondation de Jean-Pierre Raffarin, la ville et Sciences Po Bordeaux mettent en œuvre le programme Balafon d’accueil de jeunes étudiants africains. Les entreprises françaises présentes sur le continent, comme les groupe Castel ou Mazars, sont aussi sollicitées pour des échanges. Les sociétés bordelaises ont accueilli dix entrepreneurs africains en avril en mai dernier, et dix de leurs homologues bordelais partiront en Afrique en octobre.

« Le clubber ». D’ici là, les proches du maire de Bordeaux sont concentrés sur la campagne de la primaire. Né à Kribi au Cameroun, Pierre De Gaétan Njikam Mouliom, 49 ans, sera dès mardi à Paris pour une réunion autour d’Hervé Gaymard, chargé de la coordination de l’équipe de campagne. Il s’est rapproché d’Alain Juppé depuis les municipales dès 2001. Titulaire d’un DEA en droit public et d’un executive MBA d’HEC, il est aujourd’hui le référent « diversité et diaspora africaine » au sein de l’équipe. D’autres personnalités comme Erwan Davoux, responsable des Français établis hors de France dans l’équipe d’Alain Juppé, apportent leur expertise.

Surnommé le « clubber » pour sa propension à monter et animer des clubs de réflexion et d’action de toutes sortes (il anime notamment le club Bordeaux Cameroun France), cet amateur de philosophie a lu dans sa jeunesse les ouvrages de Senghor, Nyerere, Nkrumah, Sankara et Sartre. D’abord fasciné par les socialismes africains avant de découvrir l’Allemagne de l’Est au milieu des années 1980, il a perdu ses illusions. Il est devenu libéral tout en gardant une fibre sociale.

Militant de droite, il a grimpé les échelons un à un au sein de l’UMP : attaché du groupe au conseil général de la Gironde (2002-2008), chargé de mission au cabinet d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux (2008-2014), secrétaire départemental adjoint de l’UMP en Gironde en 2013, avant d’être élu adjoint au maire en mars 2014. « Je suis en train de travailler à l’élaboration d’une contribution des diasporas africaines pour le candidat », conclut l’adjoint au maire.

Après s’être rendu en Algérie, au Maroc et en Tunisie depuis le début de l’année, Alain Juppé devrait accomplir son premier déplacement en Afrique subsaharienne, probablement avant la fin de l’année. Un voyage dont la destination est, pour l’instant, un secret bien gardé.

lopinion.fr

Commenter cet article